Nathalie Obadia

Michael Landy

28 Feb - 11 Apr 2009

© Michael Landy
MICHAEL LANDY
"Theater of Junk"

La Galerie Nathalie Obadia est heureuse de présenter, pour la première fois en France, l’oeuvre de l’artiste anglais Michael Landy avec son travail intitulé « H.2.N.Y ». Ce travail s’articule entièrement autour de la performance de l’artiste suisse Jean Tinguely (1925-1991) « Hommage à New York », au cours de laquelle la machine construite dans les jardins du Museum of Modern Art (MOMA), par l’artiste, devait s’autodétruire en 27 minutes (1960).

Fasciné par l’oeuvre de Jean Tinguely depuis la découverte de sa rétrospective à la Tate Gallery de Londres, en 1982, Michael Landy va passer deux années à se documenter et à faire des croquis (fusain, huile, colle, encre) à partir des recherches effectuées au Musée Tinguely à Bâle, et au MOMA de New York.
Par un travail intensif, Michael Landy va essayer de recapturer l’essence de l’évènement, de le désarticuler, de le faire revivre. Ce qu’il a fait avec « H.2.N.Y » est une sorte d’hommage de « L’hommage à New York » de Jean Tinguely*.
Ce qui est essentiel dans l’oeuvre de Michael Landy et de ses projets artistiques est que lorsqu’il décide de mettre en action une idée il va jusqu’au bout, entêté, provocateur et ludique.

Diplômé du Goldsmith College de Londres, Michael Landy appartient à la génération de YBA (Young Britsh Artists) comme Damien Hirst, Gary Hume, Sarah Lucas, Fiona Rae. Michael Landy se démarque plus particulièrement en 2001 avec son installation monumentale « Break Out ». Elle prend son point de départ dans l’idée de répertorier l’intégralité de ses possessions, de les cataloguer puis de les classer par catégories jusqu’à ce que tout ait été identifié. Une équipe d’ouvriers va ensuite procéder au démantelage méthodique de chaque élément.
Michael Landy est un artiste très original qui fait partie de ceux qui remettent sans cesse en question l’essence et le devenir de l’oeuvre d’art. Dans ce sens, Michael Landy se trouve dans la logique lignée de Marcel Duchamp dont les « ready-made » soulevaient la question de l’oeuvre d’art à l’aube de l’ère fordiste*, il la soulève à nouveau à partir des nouvelles modalités productives qui caractérisent le capitalisme contemporain*.

La série « H.2.N.Y » se compose des dessins en noir et blanc reconstituant l’événement « Hommage à New York » (noir comme la fumée noire créée par l’explosion de la machine...) et trois vidéos sont présentées en boucle sur l’écran d’une vieille télévision Sony Trinitron: l’une est un documentaire de l’artiste, les deux autres sont respectivement de D.A Pennebaker et de Robert Breer.

Comme Marcel Duchamp (1887-1968) et Michael Landy (1963), Jean Tinguely (1925-1991) fait partie de ces artistes qui provoquent et critiquent par le biais du « jeu ». En fabriquant lui-même, à partir de matériel recyclé, des machines grinçantes, cahotantes et vouées à la destruction, il refuse la production systématique de l’objet manufacturé.
 

Tags: Robert Breer, Marcel Duchamp, Damien Hirst, Gary Hume, Michael Landy, Sarah Lucas, Fiona Rae, RECYCLE, Jean Tinguely